+976 9905-2021 evasionmongolie@gmail.com

Login

Sign Up

After creating an account, you'll be able to track your payment status, track the confirmation and you can also rate the tour after you finished the tour.
Username*
Password*
Confirm Password*
First Name*
Last Name*
Email*
Phone*
Country*
* Creating an account means you're okay with our Terms of Service and Privacy Statement.

Already a member?

Login
+976 9905-2021 evasionmongolie@gmail.com

Login

Sign Up

After creating an account, you'll be able to track your payment status, track the confirmation and you can also rate the tour after you finished the tour.
Username*
Password*
Confirm Password*
First Name*
Last Name*
Email*
Phone*
Country*
* Creating an account means you're okay with our Terms of Service and Privacy Statement.

Already a member?

Login

AIMAG DE L’ÖVÖRKHANGAI

AIMAG DE L’ÖVÖRKHANGAI

Aimag de l’Övörkhangai

Capitale : Arvaikheer altitude 1913 mètres
Population : 111 314 habitants (2011)
Ethnie : Khalkhas
Superficie : 62 900 km²
Ecosystème : steppe semi- aride
Au nord de la province de l’Övörkhangaï se trouve le versant sud de la chaîne du Khangai ; au sud commence le désert de Gobi.
Le nord abonde en lacs et en rivières prenant source dans le Khangai. Cette partie de l’aimag ne compte pas moins de 48 volcans éteints qui ont laissé de magnifiques coulées de lave et créé des plateaux basaltiques.
Au nord-est de l’aimag, le monument Övörhöshööt hüïs marque le centre géographique de la Mongolie. Les capitales et les palais des anciens empires mongols (sauf celui des Yuan déplacé alors à Pekin) étaient situés près de ce centre géographique dans la vallée de l’Orkhon.
Les incontournables :
●    Kharkhorin (Karakorum ancienne capitale impériale).
Le sum de Kharkhorin abrite les vestiges de la capitale gengis khanide Karakorum. Bâtie en 1220 sur les rives de l’Orkhon, l’ancienne capitale fut entièrement rasée par les troupes Ming en 1388. Il n’en reste que quelques vestiges : deux tortues en granit, les soubassements d’un palais, des lions en pierre, deux colonnes phalliques et quelques traces de canaux d’irrigation.
●    Le Monastère Erdene Zuu

Le monastère Erdene Zuu est probablement le monastère bouddhiste de l’école Gelugpa du bouddhisme tibétain le plus ancien de Mongolie. Il est situé dans la province de l’Ovörkhangai, près de la ville de Kharkhorin et adjacent à la ville ancienne de Karakorum. Il fait partie de la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO appelé paysage culturel de la vallée de l’Orkhon.
Le monastère a été construit en 1585 par Abdaï Khan à l’extérieur de l’enceinte des ruines de Karakorum, après l’introduction du bouddhisme en Mongolie comme religion d’État. Les pierres des ruines de l’ancienne capitale ont été utilisées dans sa construction. Il est entouré d’un mur présentant 108 stupas (108 est un nombre sacré et c’est le nombre de perles que l’on trouve dans un rosaire – mala – bouddhiste). Le monastère a été endommagé par la guerre dans les années 1680, mais a été reconstruit au XVIIIe Siècle, puis en 1872. Il comprenait un total de 62 temples.
Durant des siècles, Erdene Zuu fut le sanctuaire religieux le plus important de Mongolie.
Cependant il fut victime des purges communistes de la fin des années 1930 qui n’épargnèrent que le mur extérieur avec ses 108 stupas et trois petits temples transformés en musée en 1947. Un chercheur prétend que le président américain Franklin Roosevelt aurait fait pression sur Staline pour que le monastère soit épargné de la destruction totale.
Jusqu’en 1990, Erdene Zuu n’a pu exister qu’en tant que musée et ce n’est qu’avec la chute du communisme qu’il a pu être remis aux lamas et redevenir un lieu de culte.
Aujourd’hui, Erdene Zuu reste un monastère bouddhiste actif et un musée prisé des touristes.
    La Vallée de l’Orkhon

La vallée de l’Orkhon est une vallée de Mongolie dans laquelle coule la rivière Orkhon, affluent de la Selenge. Inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, elle abrite de nombreux vestiges archéologiques.
Parmi ces vestiges se trouvent les inscriptions de l’Orkhon (datant du VIIe au Xe siècle), les plus anciennes traces d’écriture des langues turques (vieux-turc, utilisé par les Köktürks), surnommées par les archéologues et les linguistes l’Alphabet de l’Orkhon.
Une région d’environ 1 220 km2 a été délimitée par l’UNESCO pour son passé historique. Elle inclut le site de Karakorum, ancienne capitale de l’Empire mongol ainsi que les ruines de Khar Balgas, l’antique capitale de la période Khanat Ouïghour. Le scientifique Piotr Kouzmitch Kozlov a également découvert plusieurs tombeaux impériaux hunniques dans la vallée de la rivière.
    Les chutes de l’Orkhon.

Les chutes de l’Orkhon, hautes de 24 mètres, se sont formées il y a 20.000 ans à la suite d’une combinaison unique de tremblements de terre et d’éruptions volcaniques. Elles ont au cœur de l’été un débit très important, mais peuvent être asséchées au printemps. C’est la rivière Ulaan Tsutgalan, « Confluence Rouge », qui forme ces chutes en se jetant dans la rivière Orkhon.
●    Le parc national de Naiman Nuur

Naiman Nuur communément appelée région des “Huit lacs” est une zone protégée de haute montagne de 11 500 hectares. Alimentés par la rivière Urkit, et entourés de volcans éteints, les lacs sont situés à 2500 mètres d’altitude. Le plus grand d’entre eux est le lac Shireet considéré comme le plus beau lac de la région.
Le parc national comporte également des sous-prairies alpines, ainsi que des forêts de conifères (pins et mélèzes de Sibérie). Dans le nord de la zone, on rencontre des vallées jonchées de pierres volcaniques.
●    Monastère Tovkhon

Construit au 16e siècle par Zanabazar, le premier chef religieux de Mongolie, le monastère Tovkhon, est situé au sommet d’une montagne boisée et est entouré par de nombreuses roches et grottes de méditation. Pour y accéder, une heure de montée à pied est nécessaire, ce qui permet de faire une belle randonnée au coeur de montagnes boisées.

Leave a Reply