+976 9905-2021 info@evasion-mongolie.com

Login

Sign Up

After creating an account, you'll be able to track your payment status, track the confirmation and you can also rate the tour after you finished the tour.
Username*
Password*
Confirm Password*
First Name*
Last Name*
Email*
Phone*
Country*
* Creating an account means you're okay with our Terms of Service and Privacy Statement.

Already a member?

Login
+976 9905-2021 info@evasion-mongolie.com

Login

Sign Up

After creating an account, you'll be able to track your payment status, track the confirmation and you can also rate the tour after you finished the tour.
Username*
Password*
Confirm Password*
First Name*
Last Name*
Email*
Phone*
Country*
* Creating an account means you're okay with our Terms of Service and Privacy Statement.

Already a member?

Login

LES TSAATAN

LES TSATAAN

Tsataan

En Europe comme en Asie, les peuples indigènes cohabitent avec les rennes depuis des millénaires. En Mongolie, des représentations de rennes volants sont sculptées sur plus de 500 rochers, connus comme les ‘rochers des rennes,’ et dont certains datent de 3 000 ans.

En Mongolie septentrional, un de ces peuples s’appelle Tsaatan, ou Doukha. Touvains à l’origine – peuple turc de l’Altaï – ces éleveurs de rennes vivent dans les forêts proches du lac Khövsgöl et en Russie.  Leur population actuelle est d’environ quarante familles.

« Tsaa » signifie « renne » en idiome tsaatan : les tsaatans sont donc « ceux qui vivent avec les rennes.» Mais cette appellation est mongole, eux-mêmes préfèrent se nommer « les gens de la Taiga.»

Ils mènent une vie simple et rude, à l’image de leurs cultures et environnement : la taïga. Ils vivent de la chasse, de la cueillette, et essentiellement du lait de rennes qui est incroyablement riche en graisse et vitamines.
Les rennes sont au cœur de la culture tsaatan. Ils apportent du lait et de la viande, même si en faibles quantités. Ses bois, qui tombent tous les ans  et atteignent leur plein développement durant la période de rut, représentent un revenu non négligeable pour les familles. En plus d’être une source de nourriture et de revenu, les rennes fournissent aussi les tsaatans en cuir, fourrure,  et sont à la base d’une multitude de produit pouvant être utilisés comme monnaie d’échange.

Ces mammifères sont indissociables de la taïga et de ses lichens. Les lichens, qui ne poussent que dans la taïga, sont vitales pour les rennes puisqu’indispensable à leur flore intestinale. Quant aux extrêmes températures hivernales, les rennes survivent grâce à leur capacité à réguler la température de leur corps.  En réduisant la température du sang dans leurs pattes, il peuvent transmettre de la chaleur dans le reste du corps.

Ainsi, taïga, lichens et rennes constituent l’essence même du mode de vie des tsaatans. Ceux-ci migrent au gré de leurs troupeaux, toujours à proximité de la taïga et de ses lichens, bravant les températures froides l’hiver et évitant les zones infestées de moustiques l’été. Les rennes étant particulièrement sensibles aux piqûres d’insectes, les éleveurs tsaatans vivent dans les endroits les plus froids du nord de la Mongolie, en été comme en hivers.
Les tsaatans vivent dans des tipis l’année durant, dans des conditions très sommaires, équipés de lits à même le sol, de peaux de rennes et un simple poêle pour faire face à l’hiver sibérien et à son climat froid et inhospitalier.
Les tsataan, qui virent leur culture détruite durant la période soviétique – sédentarisation forcée lors de la période collectiviste, accaparation d’une grande partie de leurs troupeaux, extermination ou emprisonnement des chamanes – sont aujourd’hui menacés par l’industrie pétrolière qui détruit le lichen dont se nourrissent les rennes.

Leave a Reply

Joignez-vous à notre liste d’envoi